Soutenir la santé mentale et le bien-être des proches aidants grâce à un programme d’intervention axé sur la réalisation des buts personnels

lundi 3 mai 2021

Environ le quart des adultes québécois seraient proches aidants. Les difficultés associées à ce rôle entraînent souvent des impacts négatifs sur la santé physique et psychique (stress, anxiété, dépression, troubles du sommeil, détresse) et sur le bien-être personnel des aidants (isolement, diminution des activités personnelles et des revenus). Les aidants peuvent néanmoins donner un sens positif à cette expérience grâce aux sentiments d’utilité et d’épanouissement associés au désir et au plaisir de s’occuper de la personne aimée.

À mesure que les besoins de l’aidé augmentent, le proche aidant délaisse souvent peu à peu ses activités sociales, professionnelles ou de loisirs, qui lui assuraient du répit et un bien-être physique et psychologique. Après le placement ou le décès de leur proche, les aidants doivent réorienter leurs activités vers de nouveaux projets qui donnent du sens à leur vie, mais ils éprouvent souvent des difficultés à le faire après autant de temps investi à prendre soin d’autrui.

Projet

Cette étude a pour objectif l’adaptation, l’implantation et l’évaluation d’un atelier de 10 semaines visant la réalisation de buts personnels chez des proches aidantes. Plus précisément, il s’agit de vérifier si la réalisation d’un projet personnel qui leur tient à cœur a un effet positif sur leur bien-être et leur qualité de vie.

Le programme de gestion des buts personnels a été conçu par le Laboratoire interdisciplinaire de recherche en gérontologie (LIREG) de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il a démontré ses bienfaits auprès de diverses clientèles qui faisaient face à une période de transition comme la retraite ou le divorce, ou qui vivaient avec des symptômes dépressifs. Ce programme a été adapté aux besoins des proches aidants et a été offert, dans le cadre d’une étude pilote, à des femmes vivant trois situations distinctes :

  • Aidante dont l’aidé vivait chez un membre de la famille
  • Aidante dont l’aidé a été placé en CHSLD, et
  • Aidante dont le proche est décédé.

Impacts

  • Adaptation d’un programme de gestion des buts personnels aux besoins des proches aidants. Réaliser des projets significatifs donne du répit à l’aidant pour le libérer temporairement des tâches liées aux soins, tandis que la possibilité de penser à soi a des effets positifs sur son humeur et son comportement envers l’aidé.
  • Soutenir le bien-être des proches aidants. La réalisation de projets significatifs pourrait diminuer le stress, l’isolement et la détresse psychologique, tout en favorisant la résilience et l’adaptation de l’aidant à sa situation, afin que l’expérience d’accompagnement de leur proche soit vécue de façon positive.
  • Soutenir des proches aidantes dans la réalisation d’un projet personnel. Apprendre la démarche menant à la réalisation d’un projet personnel et bénéficier d’un accompagnement tout au long du processus (élaboration, planification et poursuite).
  • L’évaluation du projet permettra de s’assurer que le programme est efficace et bénéfique pour cette clientèle et d’améliorer la formation des animateurs.
Maude Houle, étudiante chercheuse

Étudiante chercheuse

Maude Houle, étudiante au doctorat en psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Superviseure

Sylvie Lapierre, PhD, professeure au Département de psychologie, UQTR

Titre de la thèse

Préserver la santé mentale des proches aidants: Évaluation des effets d’un programme d’intervention axé sur la réalisation des buts personnels sur le bien-être des proches aidantes

Financement

Réseau Québécois de Recherche sur le vieillissement (RQRV-FRSQ) – Soutien aux projets pilotes