Mission et histoire

Mission

De concert avec ses partenaires, le CRISE contribue à la prévention du suicide et à la réduction de ses impacts négatifs en encourageant l’avancement et l’utilisation de connaissances interdisciplinaires sur le suicide et sa prévention ainsi que sur les pratiques de fin de vie.

Objectifs

  • Développer la recherche sur le suicide et les pratiques de fin de vie
  • Améliorer le transfert et l’application des connaissances sur les pratiques de fin de vie, le suicide et sa prévention
  • Soutenir le développement de l’expertise en recherche
  • Accroître le partenariat entre les chercheurs, les milieux de pratique et les gestionnaires pour favoriser l’avancement des connaissances sur le suicide et les pratiques de fin de vie.

Historique du CRISE

La volonté des chercheurs de mettre en commun leur expertise a motivé la création du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et les pratiques de fin de vie. Au Québec, avant 1997, les chercheurs intéressés par la problématique du suicide sont relativement isolés, ils ne disposent d’aucune infrastructure.

En étudiant les comportements autodestructeurs, Rachel Bigras, Lucie Charbonneau, François Chagnon et Brian Mishara, professeur au département de psychologie de l’UQAM, concluent qu’une approche écologique et interdisciplinaire défendue par un centre de recherche favoriserait l’avancement des connaissances sur le suicide et les pratiques de fin de vie. Cette approche permet de profiter de l’expertise de chercheurs issus de différentes disciplines et de travailler conjointement avec les milieux de pratique pour comprendre la problématique du suicide et de sa prévention. De plus, elle permet d’étudier tous les enjeux soulevés par les pratiques de fin de vie.

Ainsi, les membres fondateurs ont mobilisé les chercheurs de différentes institutions et l’Association québécoise de suicidologie (aujourd’hui l’Association québécoise de prévention du suicide) pour créer le Centre de Recherche et d’Intervention sur le Suicide, enjeux Éthiques et pratiques de fin de vie.

Aujourd’hui l’un des plus importants centres de recherche sur le suicide, le CRISE conduit des projets qui lui ont valu la reconnaissance de plusieurs organismes subventionnaires au Québec, au Canada et même aux États-Unis.