Structure familiale, relations parents-enfants et conduites suicidaires à l'école secondaire

Auteurs

Michel Tousignant, Sylvie Hamel, M -F Bastien.

Résumé

Une enquête portant sur 2 327 élèves de niveau secondaire III, IV, et V de la région de Montréal montre que les suicidaires comptent pour 13,2% de cet échantillon, et que 6,7% avouent avoir tenté de se suicider. Le taux de suicidaires est plus élevé chez les filles que chez les garçons, et il est moins élevé dans les écoles où la proportion dállophones est supérieure à 50%. La séparation ou le divorce des parents et la négligence du père sont deux facteurs qui contribuent en soi à láugmentation du taux de suicidaires. Par contre, le décès du père ou de la mère nést pas un facteur qui y contribue. Le taux de suicidaires est à son niveau le plus élevé quand il y a un parent substitut. Il existe, dáutre part, un effet dínteraction entre la scolarité du père et la structure familiale. Chez les élèves dont la famille est intacte, on dénombre moins de sujets suicidaires si le père est plus scolarisé que síl est moins scolarisé; on ne retrouve plus cette différence si la famille est séparée. Par contre, on dénote plus de séparations chez les parents plus scolarisés. En ce qui concerne le plus haut taux de suicidaires chez les filles, celui-ci ne séxplique pas entièrement par une moins bonne relation avec les parents. Un indice laisse entendre cependant qu'un conflit avec les parents pourrait perturber les filles plus que les garçons. Enfin, si les problèmes de santé grave sont associés à un taux plus élevé de suicidaires, ce lien est relativement indépendant de la qualité de la relation avec les parents. ADOLESCENT SEXE FAMILLE MILIEU-SCOLAIRE ÉTUDIANT-SECONDAIRE

Membre(s) du CRISE ayant participé à cette publication


Retour à la recherche