Vers une meilleure continuité de services pour les personnes suicidaires : Évaluation dímplantation du protocole MARCO

Auteurs

Janie Houle, C Poulin, H Van Nieuwenhuyse.

Résumé

Au Québec, le suicide est un problème important de santé publique qui entraîne plus de 1200 décès par année. De graves lacunes observées dans la continuité des services offerts aux personnes suicidaires compromettent leur prise en charge et leur rétablissement. En 1998, Suicide-Action Montréal initie une démarche de concertation en vue de corriger ce problème. Né de ces échanges, le protocole MARCO est une entente formelle entre quinze établissements partenaires (centres hospitaliers, centres de crise, CLSC, ressources en toxicomanie et en prévention du suicide) qui séngagent à appliquer des procédures de référence particulières pour les personnes suicidaires afin dáméliorer la continuité des services et la coordonation des interventions. Il est implanté depuis 2001 dans trois territoires de la région montréalaise. En raison du caractère novateur de ce protocole, une évaluation dímplantation participative et formative a été réalisée afin dídentifier des pistes dámélioration à son fonctionnement actuel ainsi que des stratégies pour un déploiement réussi dans dáutres territoires. L'évaluation a été effectuée par le biais déntrevues de groupe auprès des quinze établissements partenaires et d'une collecte de données concernant les références effectuées à láide du protocole au cours d'une période de six mois. L'évaluation montre que límplantation du protocole MARCO a eu un impact positif sur les relations entre les établissements ainsi que sur la continuité des services offerts aux personnes suicidaires. Cependant, la promotion du protocole sést avérée insuffisante pour maintenir le niveau de connaissance nécessaire à une application adéquate et systématique des procédures chez une forte proportion de professionnels. Le protocole gagnerait à être utilisé davantage, particulièrement aurpès des hommes et des personnes qui obtiennent leur congé de l'hôpital suite à une tentative de suicide. Des conditions favorables à límplantation du protocole ont pu être identifiées dans le cadre de l'étude: le respect mutuel, le dynamisme des porteurs de dossier, léngagement des directions d'établissements et le leadership fort d'un organisme qui assure la coordination de la démarche. Pour un fonctionnement optimal, il est recommandé díntensifier la promotion du protocole, de clarifier et d'uniformiser les procédures, de recruter certains organismes supplémentaires et dássurer un mécanisme de remplacement des répondants. Le déploiement résussi d'une démarche comme celle du protocole MARCO doit prendre racine dans une volonté de partenariat et un désir, chez les intervenants en contact régulier avec les personnes suicidaires, d'unir leur efforts afin dáméliorer la continuité des services offerts à cette clientèle. Il passe également par un échanges multiforme et fréquent entre partenaires, essentiels à l'établissement d'une relation de confiance. Enfin, la pérennité d'une telle initiative est tributaire de la qualité de sa coordination et de líntensité de sa promotion au sein de chacun des établissements. [Tiré du document] MONTRÉAL QUÉBEC CANADA TENTATIVE COMPORTEMENT-SUICIDAIRE INTERVENTION INTERVENTION-CRISE CONCERTATION CENTRE-PRÉVENTION-SUICIDE HÔPITAL RESSOURCE QUALITÉ-SOIN CONGÉ-HOSPITALIER HOSPITALISATION CLSC SUICIDE-ACTION-MONTRÉAL ÉVALUATION IMPLANTATION COMMUNAUTÉ SUIVI ACCESSIBILITÉ-SERVICE RÉFÉRENCE

Membre(s) du CRISE ayant participé à cette publication


Retour à la recherche