UQAM - Université du Québec à Montréal Faculté des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Cournoyer Marilou
Candidate au doctorat - psychologie
Université du Québec à Montréal

Cournoyer-G, M., Bergeron, L., Piché, G. & Berthiaume, C. (2013). Comorbidité entre les troubles anxieux et la dépression chez les enfants âgés de 6 à 11 ans. Revue de psychoéducation, 42 (1), 49-66.

Le premier objectif de cette étude concerne l’évaluation de la force d’association entre chacun des trois troubles anxieux (phobies spécifiques, trouble d’anxiété de séparation, trouble d’anxiété généralisée) et l’épisode dépressif majeur, évalués par le Dominique Interactif. Le deuxième objectif est de vérifier si l’association entre ces troubles (comorbidité) varie selon deux indicateurs du développement définis par le groupe d’âge (6 à 8 ans, 9 à 11 ans) et le sexe (fille, garçon). L’échantillon est composé de 453 enfants de 6 à 11 ans de la population en général provenant de la région de Montréal (n = 228 filles; n = 225 garçons). Des modèles de régression logistique ont permis l’étude de l’effet du sexe et de l’âge en lien avec la comorbidité entre chacun des trois troubles anxieux et la dépression. Les résultats indiquent que la force d’association entre les trois troubles anxieux et la dépression est très élevée. De plus, les analyses de régression logistique révèlent que pour l’échantillon inclus dans cette étude, la comorbidité entre chacun des troubles anxieux et la dépression ne varie pas significativement selon le groupe d’âge ou le sexe des enfants. Ces résultats suggèrent l’importance de la comorbidité généralement observée chez les jeunes. Par ailleurs, le niveau élevé de la force d’association entre les troubles anxieux et la dépression indépendamment de l’âge et du sexe est préoccupant. En effet, la présence simultanée de plusieurs troubles intériorisés pourrait avoir des conséquences majeures pour le développement psychologique en augmentant le risque d’une psychopathologie. Les résultats de cette étude appuient la pertinence d’une évaluation précoce des problèmes de santé mentale chez les enfants, dans le but de prévenir l’aggravation de ces problèmes.

http://www.revuedepsychoeducation.org/sommaires/sommaire_42.html#ancre02

Mise à jour : 11/20/2014

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : février 2006