UQAM - Université du Québec à Montréal Faculté des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Greenfield Brian
Psychiatre
Hôpital de Montréal pour Enfants, University McGill

Greenfield, B., Henry, M., Lis, E., Slatkoff, J., Guilé, J.M., Dougherty, G., Zhang, Z., Arnold, L.E., Daniel, L., Raz, A., Mishara, B.L., Koenekoop, R.K. & De Castro, F. (2015). Correlates, stability and predictors of Borderline Personality Disorder among previously suicidal youth. European Journal of Child and Adolescent Psychiatry.

Cet article examine une importante cohorte d'adolescents précédemment suicidaires, identifiant ceux qui rencontrent les critères pour le trouble borderline de la personnalité (BPD), selon l'Abréviation Diagnostic Interview of Borderlines (Ab-DIB). Cet article s’intéresse aux déterminants, la stabilité, les corrélats et les prédicteurs du BPD du début jusqu’à la fin de l’adolescence. Deux cent quatre-vingt-six jeunes ont été évalués lors de la consultation initiale pour les troubles de l'Axe I et II ainsi que pour les variables démographiques et cliniques et se sont présentés consécutivement à un service d'urgence de l'hôpital pédiatrique métropolitain pour l'évaluation de la suicidalité. Deux cent vingt-neuf (80%) ont été réévalués pour ces variables 4 ans plus tard et 204 (70,3%) avaient des données complètes au moment du recrutement et du suivi. Les jeunes suicidaires qui présentaient un BPD sur le Ab-DIB lors du recrutement se distinguaient au niveau de base de ceux en trouble de conduite (p < 0,003), un faible niveau de fonctionnement (P <0,001), la consommation de drogues (p <0,001), les événements de vie stressant (p < 0,003), les relations familiales (p < 0,001). Le diagnostic de BPD était cohérent, selon cette mesure, à la ligne de base et lors du suivi pour 76% des participants. Quatre groupes ont été identifiés (ICC = 0,603, IC 95% = 0,40-0,78) en ce qui concerne la pathologie limite (persistante, rémittente, émergente et jamais). Le statut de BPD persistant était prédit par l’âge à la présentation (p <0,01) et le niveau de fonctionnement (p <0,05). Huit pour cent étaient également suicidaires lors du suivi de 4 ans. En utilisant une mesure auto-déclarée de BPD, nous suggérons que les jeunes suicidaires peuvent en effet être diagnostiqués avec le trouble à 14 ans, en soutenant les changements du DSM-IV au DSM-5, étant donné ce qui semble être sa stabilité temporelle, la différenciation de ceux souffrant d'une symptomatologie considérable ou non, et les prédicteurs de son statut à la fin de l'adolescence. Le faible taux de suicidalité au moment du suivi indique un bon pronostic à court terme.

Mise à jour : 12/13/2016

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : février 2006