UQAM - Université du Québec à Montréal Faculté des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Burrows Stephanie
Chercheure
Centre de recherche du CHUM/Département de médecine sociale et préventive, Université de Montréal.

Burrows, Stephanie, Auger, N, Tamambang, L, Barry, A.D. Suicide mortality gap between Francophones and Anglophones of Québec, Canada. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 48(7), 1125-1132.

BUT: Quelques études évaluent les différences de langage d’un groupe en mortalité suicidaire. Cette étude évalue l’écart de la mortalité par suicide entre francophones et anglophones au Québec, Canada selon l’âge, le sexe, la méthode, la région et la privation socioéconomique. MÉTHODES: Les gens décédés par suicide ont été trouvés dans le fichier mortuaire du Québec pour 1989-2007 (N=24,465). Les taux de mortalité selon l’âge et la spécificité des suicide ont été calculés pour quatre périodes (1989-1993, 1994-1998, 1999-2003, 2004-2007) pour les francophones et les anglophones âgés de ≥10 ans. ] Les taux standardisés d’âge du suicide par la méthode, la région, et le niveau de socialisation et la privation matérielle ont été calculés pour chaque sexe. Le taux de ratios et le taux de différence ont été estimés. RÉSULTATS: Les taux de suicide pour les francophones étaient deux à trois fois plus hauts que les taux pour les anglophones, et les différences étaient grandes pour les adultes âgés de 25-64 ans. Les hommes francophones ont plus de deux fois le taux de suicide par pendaison ou armes-à-feu que les hommes anglophones. Les femmes francophones ont deux fois le taux de pendaison, empoisonnement ou suicide par armes-à-feu comme les femmes Anglophones, quoique la précision était faible. Les écarts de la mortalité par suicide francophone-anglophone étaient plus hauts dans les secteurs urbains malgré un taux plus bas de suicide, et variaient légèrement à travers des niveaux de privation sociale et matérielle. CONCLUSIONS: Il y avait un large écart de mortalité par suicide entre francophones et anglophones du Québec; particulièrement, auprès des adultes âgés de 25-64 ans.

Pour accéder au document, cliquez ici :
http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00127-012-0637-z



Mise à jour : 6/2/2014

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : février 2006