UQAM - Universit du Qubec  Montral Facult des sciences humaines
CRISE
UQAM    CRISE    Problmatique et approche


Problmatique et approche
Quelques faits

Selon le Rapport mondial sur la violence et la sant publi par l'Organisation mondiale de la sant (OMS), l'chelle internationale, autant de dcs sont attribuables au suicide qu'aux actes terroristes, aux guerres et aux homicides combins. Chaque anne, plus de 800 000 personnes meurent la suite d'une tentative de suicide. Dans la grande majorit des pays du monde, le suicide est beaucoup plus frquent chez les hommes que chez les femmes.

Au Canada, le suicide fait plus de victimes que les maladies dues au VIH. Malgr une diminution annuelle du taux de suicide qubcois depuis 1999, le Qubec se range parmi les trois provinces canadiennes affichant le taux de suicide le plus lev. Selon lInstitut national de sant publique du Qubec, le suicide constitue la troisime cause de mortalit aprs les cancers et les maladies cardiovasculaires. Au Qubec, Il y a trois fois plus de suicide chez les hommes que chez les femmes. Certains groupes de la population sont particulirement vulnrables au suicide, notamment les personnes qui souffrent d'un trouble mental et les taux de suicide des Premires nations et Inuits sont plus levs.

Les tentatives de suicide et les idations suicidaires sont beaucoup plus frquentes que les dcs par suicide. Sur cent tentatives de suicide, une se conclura par un dcs. Prs de trois pour cent des Qubcois de quinze ans et plus disent avoir srieusement pens au suicide selon l'Enqute qubcoise sur la sant de la population. Les impacts du suicide sont normes sur les proches, l'entourage et la socit. Selon les estimations d'une tude amricaine, une personne sur quatorze connat quelqu'un qui s'est suicid au cours des douze derniers mois. Chaque suicide plonge plusieurs personnes dans le deuil, ses effets s'avrent svres pour en moyenne six endeuills. On ne peut valuer avec exactitude la souffrance et les cots entrans par les pertes de vie consquentes au suicide.

Complexit du problme

Il nexiste pas une explication simple du suicide, les causes du suicide sont complexes et multi dtermines. La mdecine, la psychologie et les sciences sociales contribuent la comprhension du suicide. Bien que les troubles mentaux soient fortement associs au suicide, ils ne suffisent pas lexpliquer puisque la majorit des personnes qui souffrent de tels troubles ne se suicident pas. Pour comprendre le suicide, il faut donc considrer lhistoire et le contexte de vie des personnes suicidaires. Les caractristiques de lenvironnement, les valeurs socitales et les politiques sont aussi des facteurs considrer pour fournir des explications au suicide.

Approche du CRISE

Le CRISE a la conviction que la prvention du suicide exige des actions concertes entre les chercheurs, les intervenants et la communaut. Ces actions doivent viser non seulement les individus, mais aussi lenvironnement et la socit. Le CRISE a donc adopt un cadre cologique qui sappuie sur la comprhension des rapports complexes entre lindividu et son milieu, et qui tienne compte des facteurs de protection et des facteurs de risque.

La recherche en suicidologie oblige une troite collaboration intersectorielle entre les chercheurs issus tant des sciences de la sant que des sciences sociales. Convaincu de la ncessit de crer des maillages entre la recherche et la pratique, le CRISE table sur les collaborations troites tablies avec des organismes concerns par la problmatique du suicide. Les partenaires participent avec les chercheurs au dveloppement des projets de recherche, leur ralisation, linterprtation des rsultats ainsi qu la diffusion des conclusions auprs des responsables de llaboration de politiques et des organismes qui uvrent en prvention du suicide.

Aujourdhui, 28 pays se sont dots dune stratgie nationale de prvention du suicide et lOMS sest donne comme objectif une rduction de 10% du taux de suicide dans lensemble des pays dici 2020.

 
UQAM - Université du Québec   Montréal    Mise   jour : février 2006
<%call CloseConn()%>